UPCYLCING TEXTILE : UN TOURNANT DANS LE MONDE DE LA MODE

Upcycling

Le terme upcycling est un anglicisme apparu dans les années 90, qui a pour équivalent français « surcyclage ».

Bien qu’il soit proche d’un autre terme qui nous est plus familier, celui de « recyclage », il s’en distingue. En effet, comme le recyclage, l’upcycling consiste à donner une nouvelle vie à un produit déjà existant, cependant, dans le cadre de ce dernier, il convient que le nouveau produit créé ait une valeur ajoutée, qu’il surpasse celui dont il est issu. Ainsi, il faut voir dans l’upcycling une démarche plus positive que celle du recyclage : nos déchets peuvent non seulement être réutilisés mais ils ont du potentiel : nous sommes capables d’en tirer un produit  plus utile, plus qualitatif qu’initialement.

Transformer un objet qui n’intéresse plus personne pour en faire quelque chose d’unique : il n’est pas étonnant qu’un nombre croissant de créateurs éco-responsables choisissent de relever le défi de l’upcycling à l’image de RESAP et Makroude.

L’upcycling est particulièrement pertinent dans le domaine du textile qui produit de nombreux déchets. Les consommateurs ont, de plus en plus, conscience des enjeux écologiques que cela suscite.

On constate un essor du marché des vêtements de secondes main : un regain d’intérêt pour les friperies et les dépôts-ventes (dont certains, désormais,  ressemblent à s’y méprendre à des magasins de vêtements neufs facilitant ainsi l’expérience de leurs clients). On assiste également à l’émergence de sites internet facilitant la vente ou l’échange de vêtements d’occasion entre particuliers.

Toutefois, que faire des chutes de tissus, des vêtements rendus impropres à la vente suite à des erreurs de fabrication ou encore ceux qui, passés de mode, ne trouvent pas acquéreur ?

Le recyclage permet d’appréhender les déchets comme de la matière première et certains tissus s’y prêtent mieux que d’autres. Les consommateurs, alertés de la nocivité de certains plastiques, se tournent davantage vers des matières naturelles et particulièrement le coton qui est la plus produite. Bien que pointé du doigt pour sa consommation en eau lors de sa fabrication, le coton se prête très bien au recyclage qui requiert, cette fois, une quantité d’eau largement inférieure. Il est broyé pour être ramené à l’état de fibres, puis transformé en fil qui sera tissé pour constituer un nouveau textile.

upcycling
upcycling

Toutefois, lorsque les chutes ont des dimensions suffisamment exploitables, elles peuvent êtres assemblées pour créer un nouveau vêtement sans avoir à recourir à leur destruction préalable : nous avons là un bel exemple d’upcycling. De la même façon, il est possible de coudre une une veste ou autre pièce à partir de vieux jeans trouées. Internet regorge de tutos DIY pour transformer les habits que nous ne portons plus.

Finalement, l’upcycling est complémentaire du recyclage car il permet, lorsque cela est possible, de s’épargner les étapes allant de la désintégration à la création d’une nouvelle matière. En outre, l’upcycling peut être perçu comme une contrainte salutaire à la créativité. Il faut être en mesure de percevoir le potentiel dans ce que l’on a à sa portée, de voir le beau dans ce qu’on avait mis jusque là au rebut.

Forte de son expérience dans la personnalisation textile, l’équipe Print Room se félicite de vous accompagnez dans vos projets d’upcyling textile et remercie tous ceux qui par leurs initiatives responsables contribuent à rendre la mode plus respectueuse de l’environnement.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Call Now Button